Patrimoine de Lorraine

Faites une recherche dans ce blog

jeudi 30 octobre 2014

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërec'h et les remparts

De son passé fortifié, la ville d'Hennebont a conservé la puissante Porte de Broërec'h
associée à une longue portion de remparts.


HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech et les remparts

Construits à partir de 1250 par le duc de Bretagne Jean 1er le Roux (1221-126), ces remparts
furent modernisés aux XIVe siècle et XVIe siècle.

Ses fortifications subirent plusieurs sièges au début de la guerre de Cent Ans, notamment en juin 1342
durant la guerre de succession de Bretagne où Jeanne de Flandre (1295-1374) défendit
avec âpreté la cité d'Hennebont contre les hommes de Charles de Blois.


HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech et les remparts
Porte de Broërec'h
HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

Pendant le siège d'Hennebont, Jeanne de Flandre sortit à la faveur de la nuit, à la tête d'un
détachement de combattants, pour enflammer les tentes des troupes de Charles de Blois,
l'un des prétendants au trône de Bretagne. Cette diversion lui permit de rallier Auray
où elle rameuta 600 chevaliers nécessaire à la libération d'Hennebont.

Jeanne de Flandre défendant Hennebont (Gravure de Gizot - 1869)

Avec cette nouvelle force combattante, Jeanne de Flandre libéra la cité et
fut appelée Jeanne la Flamme.

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

A la fin du XVIe siècle, les remparts perdirent peu à peu leur rôle défensif. 
On combla même les fossés et de nouvelles demeures furent construites en dehors des fortifications.

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

La porte de Broërech servit de prison un peu avant et durant la Révolution française. 
Parmi les prisonniers, la brigande Marion du Faouët y séjourna à plusieurs reprises,
avant son exécution, en 1755, sur la place Saint-Corentin de Quimper.

Abandonnés au cours du XIXe siècle, les remparts furent largement restaurés au cours
du XXe siècle et en 2013.

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech
La Tour Broërec'h renferme le musée des arts et traditions populaires du Pays d’Hennebont
HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - La Porte de Broërech

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts

HENNEBONT (56) - Les remparts
Les différents types de parements marquant les périodes de construction

____________________


Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés

mardi 28 octobre 2014

GEMEAUX (21) - Eglise de l'Assomption de la Vierge

Le modeste village de Gemeaux conserve une belle église romano-gothique
bâtie sur une petite butte à l'entrée de la commune.

Placée sous le vocable de l'Assomption de la Vierge, l'église remonte à la première moitié
du XIIe siècle avec des modifications au XIIIe et XVe siècles.

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
Le chevet plat de l'église
GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

Les abbés de Saint-Etienne de Dijon nommaient l'officiant de l'église de Gemeaux.

En effet, les chanoines réguliers dijonais étaient donc les seuls habilités à choisir le curé ;
et ce, depuis l'autorisation de l'évêque de Langres, Joceran de Brancion (1113-1125) en 1120
 ("Concessit eis ecclesiam de Gemellis in perpetuum habere")

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

En 1429, le sanctuaire est en partie reconstruit dans le style gothique, notamment la nef
qui reçoit un voûtement fait de croisées d'ogives

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
Le clocher roman avec ses doubles baies géminées en plein cintre à tau central
GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
La façade avec son portail roman en plein cintre surmonté d'une fenêtre elle aussi en plein cintre
GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
 Le portail roman à colonnes surmontées de chapiteaux végétaux
supportant les voussures en plein cintre encadrant un tympan nu
GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
 Fenêtre romane en plein cintre ébrasée soulignée par deux colonnettes à chapiteaux
à feuillage supportant un arc mouluré
GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
Le portail roman avec ses colonnes surmontées de chapiteaux végétaux et visages
soutenant les voussures en plein cintre encadrant un tympan nu 
(une fresque existait peut-être)

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
Chapiteaux végétaux et têtes humaines sous l'entablement mouluré et cordon torsadé

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

Chaque chapiteau illustre la victoire et le terme des épreuves que l'homme doit endurer.
Les feuilles d'acanthe sont un symbole de gloire pour ceux qui ont triomphé des obstacles
 jalonnant leur route. La présence de figures animales ou humaines annonce ainsi
les différents niveaux des victoires obtenues.

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
Modillons de la façade en forme de têtes de loup, vache, renard et d'hommes barbus

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
 La nef d'origine romane revoûtée au XVe siècle
GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption

L'intérieur de l'église, que je n'ai pas pu visiter, conserve des fresques du XVe siècle
figurant Saint-Claude, Saint-Hubert, Sainte-Madeleine, Sainte-Barbe,
Saint-Vincent, Saint-Maurice et Saint-Martin

GEMEAUX (21) Eglise de l'Assomption
Le voûtement à croisées d'ogives de la nef
____________________


Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés