Patrimoine de Lorraine

Faites une recherche dans ce blog

vendredi 28 novembre 2014

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes

Après la Tour César, je vous emmène découvrir la Grange aux dîmes de Provins.

Cet édifice du XIIIe siècle était utilisé comme marché couvert du temps des foires de Champagne.

Grâce à des baux retrouvés, nous savons que ce bâtiment était loué par des marchands toulousains.
PROVINS (77) - La Grange aux dîmes

Cette grande se compose d'une salle basse servant d'entrepôt, d'un premier niveau utilisé
comme boutique et d'un second étage réservé à l'habitation.

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes
La façade présente des corbeaux de pierres à intervalles réguliers laissant supposer
la présence d'appentis éphémères

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes

Au XVIIe siècle, elle fut utilisée comme entrepôt pour la dîme, l'impôt sur les récoltes.

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes
Portes du rez-de-chaussée : celle du milieu permettait de laisser passer des chariots

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes
 Fenêtre géminée avec colonnette centrale à chapiteau à feuillage typique du XIIIe siècle

PROVINS (77) - La Grange aux dîmes

La salle basse voûtée sur croisées d'ogives gothiques avec une scénographie figurant
les métiers de l'époque : le marchand italien, le marchand de drap de Provins, le changeur,
le marchand flamand, l’écrivain public, les métiers de la laine, le potier,
le tailleur de pierre, le carrier et le parcheminier.
____________________


Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés

mercredi 26 novembre 2014

AIGUEZE (30) - Château-fort

Le charmant village gardois d'Aiguèze, classé parmi les plus beaux villages de France,
domine l'Ardèche depuis son promontoire rocheux et son château-fort défie toujours les falaises.

AIGUEZE (30) - Château-fort

Après la bataille de Poitiers contre les Sarrasins (732), la falaise d'Aiguèze reçu une première fortification,
sous la forme d'un fort, construite par le seigneur de Balazuc, à la demande de Charles Martel,
qui souhaitait ainsi contrôler la région et se prémunir des incursions sarrasines.

AIGUEZE (30) - Château-fort

Vers 1080-1085, le comte de Saint-Gilles et duc de Narbonne, Raymond IV de Toulouse (1060-1105),
pour contrôler le gué situé en contrebas de la forteresse, décida de renforcer la position.

Son départ, en 1087, pour l'Espagne où il envisageait de chasser les Musulmans, puis sa participation
 à la Première croisade en Terre Sainte, en 1096, ne lui permirent pas d'achever complètement
le renforcement du fort d'Aiguèze, pourtant si stratégique pour le contrôle de la région.

Le seigneur Pons de Balazuc, qui était alors chargé de cette besogne, ne put mener à bien
sa tâche, étant donné que lui aussi rallia la Terre Sainte comme croisé.  

Auteur de "Histoire des Français qui prirent Jérusalem", en compagnie du chapelain
du comte de Saint-Gilles, Raymond d'Aguilers (ou d'Agiles), Pons de Balazuc prit part à l'attaque
et à la prise de Marra, en janvier 1099, mais fut tué, en mai 1099, au siège d'Arqa près
de Tripoli (au Liban), quelques jours avant la prise de Jérusalem.

AIGUEZE (30) - Château-fort

En 1196, le château d'Aiguèze est cœur d'un conflit opposant le seigneur des lieux
et Nicolas le comte-évêque de Viviers. La forteresse tomba alors entre les mains de l'église d'Uzès.

Vers 1210, le petit-fils de Pons de Balazuc, ayant embrassé la cause albigeoise, défend tant bien
que mal Aiguèze contre les assauts des croisés du Nord. Mais, face à leur supériorité tactique,
 il du se rendre à Simon de Montfort, qui prit ainsi possession de la forteresse au nom
du roi de France, Philippe II Auguste (1165-1223).

Parmi les seigneurs d'Aiguèze, du XIVe à la fin du XVe siècle, on peut citer les Sabran
(Renaud de 1329 à 1345 ; Guillaume de 1345 à 1374 ; Amrics de 1374 à 1432 ;
Antoine de 1432 à 1450 ; Henri-Alrics de 1450 à 1463), les Bellemanières
(Godon de 1463 à 1478 ; Thomas de 1478 à 1490).
 
AIGUEZE (30) - Château-fort

En 1374, le roi de France Charles V (1364-1380) vendit la moitié de la seigneurie à Pions Bordon,
visiteur général des Gabelles de Pont-Saint-Esprit. Le nouveau propriétaire d'Aiguèze fut, en 1388,
 chassé de son château par les Tuchins, bandes de mécontents révoltés contre l'autorité seigneuriale.

 Ce groupe de désabusés découvrirent, dans les celliers, d'importantes réserves de blé
qui furent réparties entre les différents membres le composant.

Faisant du château Aiguèze, leur première forteresse "tuchines", les nobles de la région
l’assiégèrent, en 1389, et massacrèrent tous les partisans de ce mouvement.

Le village et le château furent laissés en ruines et abandonnés.

AIGUEZE (30) - Château-fort

Au début du XVIe siècle, le château d'Aiguèze fut en partie relevé en même temps que le village
 reconstruit. Différents co-seigneurs se succédèrent alors à la tête de la Baronnie d'Aiguèze !

Parmi les seigneurs et barons qui occupèrent le château, nous pouvons citer :
les Châteauneuf, les Beauvoir du Roure, les Chartreux de Valbonne, l’œuvre du Saint-Esprit,
les Meissonnier, les Lussan, les Haucourt-Lorraine, les Faÿn, les Rochemore,
les Voguë et les Romanet.

AIGUEZE (30) - Château-fort

En 1848, la famille Romanet, alors détentrice du château d'Aiguèze depuis , vendit la seigneurie
afin de solder, en partie, ses dettes.

En 1901, Mgr Fuzet, Archevêque de Rouen, apparenté par sa mère aux Romanet, acheta la forteresse
 et entama des restaurations et modernisations de l'ensemble castral.

Aujourd'hui le château d'Aiguèze est toujours en possession d'une branche de la famille Romanet

AIGUEZE (30) - Château-fort

Perché sur une puissante lame de calcaire urgonien, le château d'Aiguèze se compose de trois tours : la tour sarrasine du XIe siècle reliée à une tour ronde du XIIIe siècle et le donjon rectangulaire du XIIe siècle.


AIGUEZE (30) - Château-fort

Cette forteresse, alimentée en eau par un puits, était reliée au chemin de ronde par un escalier
dont subsistent, en haut, quelques marches taillées dans le rocher et, en bas, les traces
d’ancrage de marches en bois.

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort

AIGUEZE (30) - Château-fort
____________________


Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés

lundi 24 novembre 2014

PARIS (75) - Musée du Louvre : Châsse en émail champlevé limousine

Parmi les émaux champlevés limousins que conserve le Musée du Louvre,
les châsses tiennent une place à part pour la qualité de leur réalisation.

Paris (75) - Musée du Louvre : Châsse en émail champlevé limousine

Cette châsse-reliquaire, datée du 1er tiers du XIIIe siècle, est exposée dans la 2e salle du premier
étage de l’aile Richelieu ; l'artiste limousin qui l'a réalisée a représenté la Crucifixion,
le Christ en majesté, entouré des Apôtres.

Paris (75) - Musée du Louvre : Châsse en émail champlevé limousine

L’émail a été logé dans des alvéoles creusées dans l’épaisseur même de la plaque de cuivre doré.
Un vrai travail d'orfèvre à la gloire de la religion.

Paris (75) - Musée du Louvre : Châsse en émail champlevé limousine

Paris (75) - Musée du Louvre : Châsse en émail champlevé limousine
____________________


Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés

dimanche 23 novembre 2014

PLOERMEL (56) - Les remparts

La cité de Ploërmel conserve, de son passé médiéval, une portion de ses remparts, remontant
au XIIe siècle, et qui ont largement été remaniés au fil des années.


PLOERMEL (56) - Les remparts
L'une des tours rondes et l'une des tours carrées modifiées !

 A l'origine, Ploërmel était enserrée, dès 1175, dans des murailles scandées par douze tours
et protégées par des douves. Ces remparts ont subi les assauts des Ligueurs au cours des Guerres
de Religion. Le dernier siège de Ploërmel, qui remonte à 1594, a bien endommagé
les fortifications médiévales qui furent, tant bien que mal, relevées.

PLOERMEL (56) - Les remparts

 Au XVIIe siècle, la paix revenue, les remparts devenant obsolètes, furent largement démolis.
Il subsiste quelques vestiges constitués de pans de murailles, de tours remaniées et
la dernière tour authentique du XIIe siècle : la Tour des Thabor.  

PLOERMEL (56) - Les remparts
 Dessin d'Albert Robida figurant la Tour des Thabor au XIXe siècle.

PLOERMEL (56) - Les remparts

PLOERMEL (56) - Les remparts
 La Tour des Thabor
PLOERMEL (56) - Les remparts

PLOERMEL (56) - Les remparts
  Canonnière (XVe siècle) à la base de la Tour des Thabor
 
PLOERMEL (56) - Les remparts
 Vestiges des mâchicoulis  sur corbeaux
 
____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés
 

mercredi 19 novembre 2014

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans

Le Musée du Moyen-Age conserve des collections d'art médiéval de premier plan !

Dans la salle réservée aux sculptures romanes, le visiteur peut admirer les superbes
chapiteaux provenant d'un cloître catalan du 4e quart du XIIe siècle ayant pour thèmes :
La création d'Eve, Abraham et les anges, l'Enfance du Christ,
Scènes de la Passion, Lions affrontés, Animaux fabuleux

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans
 Représentation de deux des quatre scènes de la vie du Christ : 
la Nativité et  l'Adoration des rois mages.
PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans
Chapiteau dont l'une des faces représente la Nativité

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans
Chapiteau illustrant l'histoire d'Adam et Eve : la Création de la femme et la Tentation

Un autre chapiteau provient du monastère catalan de San Pere de Rodes.

PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans
Représentation de Daniel dans la fosse aux lion. Le chapiteau figure de deux lions sur chaque face,
 debout et affrontés, dont les têtes se retournent et sont, sous l'angle, communes à deux
lions adjacents sur deux faces. Une tête, celle de Daniel, est placée sous la saillie
centrale de l'abaque, entre deux volutes.
PARIS (75) - Musée National du Moyen Age : Chapiteaux romans
____________________


Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés

lundi 17 novembre 2014

CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)

En dehors de son exceptionnelle cité médiévale fortifiée, Carcassonne conserve
un charmant pont médiéval enjambant l'Aude : le Pont Vieux.

CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)

Ce pont, de 210 mètres de long a été construit en 1359, en même temps que la bastide,
en contrebas de la cité, pour relier les deux parties de la ville.

CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)
Le pont est constitué de huit arches en plein cintre à avant-becs
CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)

CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)

CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)
Vision des avant-becs en saillie
CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)

CARCASSONNE (11) - Pont médiéval (1359)
Le tablier du pont recouvert d'un revêtement bitumé et vue sur la cité

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2014 © Tous droits réservés