Patrimoine de Lorraine

Faites une recherche dans ce blog

jeudi 30 juin 2016

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

Au cœur de la vieille ville et dominant depuis sa butte les toits de Valréas, 
la Tour Ripert, ancien donjon du château, trône fièrement.

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)
La Tour Ripert dominant les toits de Valréas et la chapelle des Pénitents Blancs (à gauche)

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

Édifié vers 1117 par Ripert de Valréas, le château et son donjon avait plusieurs seigneurs :
 Raymond de Mévouillon, Hugues d’Allan, Ripert de Valréas, Bertrand de Taulignan,
Dô de Chamaret et Pons de Guintrand.

A la fin du XIIe siècle, les Montauban prirent possession de la forteresse.

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

Le Dauphin de Viennois acquiert le château de Valréas en 1294, alors qu'il appartenait au pape.

 En 1317, le pape Jean XXII reprit possession de Valréas et de son territoire.

En 1548, le donjon reçut une horloge.

Le château et la Tour Ripert restèrent entre les mains de la papauté jusqu'en 1792. 

Pendant des années laissée à l'abandon, la Tour Ripert peut se visiter.

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

Cette tour carrée de 17 m de haut sur 7 m de large, construit en molasse, comprend trois étages
et une terrasse. Ses murs ont une épaisseur de 2 mètres et le crénelage a été restitué.

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

La porte d'accès d'origine, aujourd'hui murée mais dont on voit encore les claveaux en pierre
calcaire blanche de l'arc en plein cintre, se situe à 5 mètres de hauteur ; on y accédait
par une échelle en bois que l'on retirait en cas d'attaque.

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)
Rampe d'accès au donjon

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)
Base de la tour avec sa porte d'entrée en plein cintre établie en 1679. La porte d'origine, murée,
se trouve toujours à 5 mètres de hauteur. On remarquera, à gauche, le départ de deux
arcs, laissant imaginer la présence d'une salle jouxtant le donjon.
VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)
Ouverture de tir ébrasée

VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)
Restes des courtines du château
VALREAS (84) - Donjon ou Tour Ripert (XIIe siècle)

____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France médiévale 2016 © Tous droits réservés
 

mercredi 29 juin 2016

LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame

A quelques kilomètre de Suze-la-Rousse, le petit village de Bouchet conserve plusieurs édifices
religieux dont l'ancienne église paroissiale romane, jouxtant l'ancienne abbaye cistercienne.

Ce sanctuaire servait apparemment aux pèlerins de passage au Bouchet.

LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame

Édifiée au XIIe siècle, cette église, qui était fermée lors de mon passage, se présente
sous la forme d'une nef unique à transept débordant se terminant par une abside
semi-circulaire à baies romanes en plein cintre ébrasées.

LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame
 L'abside semi-circulaire en appareillage régulier
LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame

LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame
Le haut de l'abside et le clocher ajouté au XVIIIe siècle

LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame
 Porte latérale et passage romans à arc en plein cintre
LE BOUCHET (26) - Eglise romane Notre-Dame
____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France médiévale 2016 © Tous droits réservés

mercredi 22 juin 2016

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

La cathédrale Saint-Bénigne de Dijon est un monument majeur de la ville,
sous lequel figure une exceptionnelle crypte romane, vestige d'une
ancienne rotonde appartenant à l'ancienne abbaye bénédictine.

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Façade occidentale avec ses deux tours octogonales encadrant
une partie centrale occupée par deux galeries à arcades trilobés,
une grande fenêtre à trois lancettes trilobées surmontées
d'une rosace  à huit cercles et un quadrilobe 
DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)
DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

 De style gothique du XIIIe siècle, l'édifice, dédiée à saint Bénigne de Dijon (martyr chrétien
du IIe siècle), cathédrale depuis 1792, était jadis une ancienne abbatiale
bénédictine rattachée à l'ordre de Cluny, qui réforma la règle.

Fondée en 870, sur la base d'un édifice des années 510-535, l'abbaye fut confiée
à Cluny en vue de sa réforme vers 989-990.

Le moine clunisien, Guillaume de Volpiano (962-1031) fut chargé de la reconstruction de
l'édifice en style roman au début du XIe siècle. On lui doit notamment
la fameuse rotonde partiellement conservée.

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

Vers 1100, un incendie détruisit le clocher central et une partie de l'église.

Après l'incendie de 1137 qui détruisit presque toute la cité médiévale, le nouvel abbé,
Pierre de Genève, fit rebâtir la partie de la basilique dans le second style roman.
Sa consécration intervint le 31 mars 1147.

En 1271, un nouvel incendie causa l'écroulement d'une tour.

Entre 1280 et 1287, le chœur fut reconstruit dans le style gothique et le reste du
sanctuaire achevé entre la fin du XIIIe et le milieu du XIVe siècle. Elle fut
consacrée le 27 avril 1287 et le 9 avril 1393.

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)
 Façade occidentale - Tours octogonales accueillant les cloches
DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)


DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Façade occidentale - Chapiteaux et visage du XIVe siècle

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Façade occidentale - Partie de la tribune à arcades composées de deux
lancettes trilobées et à oculus à trois lobes ; deux arcades sont murées.

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)
 Façade occidentale - Base de la tour sud : Frise avec des feuillages, têtes féminines guimpées, tête d'évêque, un chien mordant le dos d'un chevreuil, personnage crachant du feuillage par la bouche.
DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles) (Extérieur)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Mur sud avec ses arcs-boutants contrebutant la poussée de la voûte intérieure
et le transept avec sa grande baie à six lancettes trilobées surmontées
de trois oculus à cinq lobes placés 2 et 1
DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Tour sud de la façade occidentale. De base carrée, elle s'achève par un 
octogone surmonté d'une toiture vernissée à six pans.

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Mur sud avec le bras du transept et sa grande baie gothique
DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)

DIJON (21) - Cathédrale Saint-Bénigne (XIIe-XVe siècles)
Mur sud - Grande baie gothique en arc brisé à remplage composé de trois paires
de deux lancettes trilobées à oculi à trois lobes, et de trois oculi à six lobes
__________________



Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2016-2017 © Tous droits réservés

lundi 20 juin 2016

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !

Le cloître de Moissac, dont j'ai déjà présenté une partie des chapiteaux à décor animal et végétal,
et ceux historiés de la galerie ouest, conserve des piliers d'angle ornés des saints apôtres
figurés en pied sous une arcade en plein cintre à colonnettes.

Des plaques de marbre ont été utilisées pour sculpter les Apôtres.

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Pilier sud-ouest : Saint-Matthieu et Saint-Barthélémy

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Pilier sud-est :Saint-André et Saint-Philippe

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Pilier nord-est : Saint-Jacques et Saint-Jean

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
 Pilier avec le Saint-abbé Durand de Redons

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
 Saint-Simon
MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Saint-Durand de Bredons, abbé de Moissac de 1047 à 1072

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Saint-Jacques

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Saint-Pierre

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Saint-Philippe

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Saint-Paul

MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres ! 
Saint-Barthélemy


MOISSAC (82) - Cloître roman : les Apôtres !
Saint-André

 ____________________

Copyright - Olivier PETIT - La France Médiévale - 2016 © Tous droits réservés